DIGITAL PAINTING: Philosophy of Art ( 1)

(translated from French, by Google translation, I apologize for the errors)

Art has its language. It is important to know; more important to understand. Which supports the artistic sense, outside the art is grammar, the study of the words, objects expressing the artwork. The spirit that animates the sympathy admirer who understands, is the subjective side is the synthesis. It is not given to everyone to taste. to enjoy an artist. Understanding the empirical sense, it is not yet understand artistically.

Concrete, possessed, experienced, is the artistic significance. Change any element: such a nice vowel sound such as movement is to compromise the enjoyment; It is in any case the change altogether. The artistic language is the most demanding of all languages. It is only after that the meaning, even to the artist who receives too, and that does not create. Because the artist is surprised and delighted by his work; He reads the first and best understands. It looks like the gardener who looks after the trees and see them blossom and bear fruit. Is to destroy an artistic sketch as yet add. It is an artistic sketch; work as thrust completed, it would be miserable … The unit is no longer the same, the criterion of artistic value is different.

N. Balthasar

Art, aesthetic, beauty, philosophy of art and metaphysics

neo-scholastic philosophy journal, Year 1932 Volume 34 Number 33

20_d1

L’art a son langage. Il est important de le connaître; plus important de le comprendre. Ce qui supporte le sens artistique, l’extérieur de l’art, c’est la grammaire, l’étude des vocables, des objets exprimant l’oeuvre d’art. L’esprit qui l’anime, la sympathie admiratrice qui la comprend, c’est le côté subjectif, c’est la synthèse . Il n’est pas donné à tout le monde de goûter. de jouir en artiste. Comprendre le sens empirique, ce n’est pas encore comprendre artistiquement.

Concrète, possédée, vécue, est la signification artistique. Changer n’importe quel élément: telle voyelle agréable, tel son, tel mouvement c’est compromettre la jouissance; C’est en tous cas la varier tout à fait. Le langage artistique est le plus exigeant de tous les langages. Ce n’est qu’au bout qu’apparaît la signification, même à l’artiste qui reçoit lui aussi, et qui ne crée pas. Car l’artiste est surpris et ravi par son oeuvre; Il la lit le premier et la comprend le mieux. Il ressemble au jardinier qui soigne ses arbres et qui les voit fleurir et donner du fruit. C’est détruire une esquisse artistique que d’y ajouter encore. C’est une esquisse artistique; comme oeuvre poussée, achevée, ce serait misérable... L’unité n’est plus la même, le critère de valeur artistique est différent.

N. Balthasar

Art, esthétique, beauté, philosophie de l’art et métaphysique

Revue néo-scolastique de philosophie, Année 1932 Volume 34 Numéro 33
Publicités

Une réflexion au sujet de « DIGITAL PAINTING: Philosophy of Art ( 1) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s